Comment laisser vos collaborateurs joindre l’utile à l’agréable lors de voyages d’affaires?

Comment laisser vos collaborateurs joindre l’utile à l’agréable lors de voyages d’affaires? En résumé comment faire en sorte que vos collaborateurs puissent avoir des loisirs et du temps libre pour découvrir la ville ou le pays dans lequel ils sont pendant un déplacement professionnel.  Cette pratique est communément appelée bleisure. Ce terme provient de la contraction des mots anglais « leisure » (loisir) et « business » (affaires) et sert à désigner la pratique consistant à profiter d’un déplacement professionnel pour s’offrir quelques jours sur place à des fins privées, que ce soit pour faire du tourisme, rendre visite à des proches ou s’octroyer un moment de détente loin de chez soi.

Rien de nouveau me direz-vous. Certes, mais cette pratique ne fait que progresser, et la génération Y souhaite pouvoir le faire régulièrement lors de déplacements.

Dans une étude publiée le 25 janvier par Booking.com Business, 49% des Français apprécient leurs voyages d’affaires, et un voyageur sur deux a prolongé son déplacement dans le cadre du bleisure.

Plus la destination du voyage d’affaires est lointaine, plus les voyageurs auront tendance à rester un week-end sur place. Ainsi, les voyages intercontinentaux ont des taux de « bleisure » trois fois plus élevés, que ceux sur des destinations nationales.

Qui est responsable en cas de problème pendant la partie personnelle du voyage ?

Légalement parlant, le voyageur d’affaires n’est pas obligé de dire à son employeur qu’il compte allier travail et plaisir. Évidemment, la partie personnelle du voyage est à ses frais.

Cependant, il est du devoir de l’employeur de veiller à la sécurité de ses employés où qu’ils se trouvent dans le monde : « L’employeur est responsable civilement de la sécurité de ses salariés à l’étranger dès lors qu’il a conscience d’un risque et/ou qu’il ne prend pas de mesures suffisantes pour préserver leur sécurité face à un danger, y compris en dehors des heures de travail… sauf la possibilité pour l’employeur ou la caisse de rapporter la preuve que le salarié avait interrompu sa mission pour un motif personnel. » (source : Securitas : La responsabilité internationale de l’employeur)

Lors de voyage d’affaires, c’est l’entreprise qui est donc responsable du voyageur, et de sa sécurité, même pendant son temps personnel, sauf si un cadre est mise en place au préalable pour délimiter la responsabilité de l’entreprise.

Beaucoup d’entreprises appliquent la technique du tout ou rien en terme de bleisure. Il y a celles qui ferment les yeux sur le Bleisure, ne sachant pas comment appliquer les règles en la matière, et celles qui l’interdisent purement et simplement, ne sachant pas non plus comment appliquer les règles en la matière.

Quoique vous décidiez, je vous recommande de définir les règles ne serait-ce que pour protéger l’entreprise et vos collaborateurs.

Si vous ne le faites pas, et n’interdisez pas le bleisure, il est essentiel de revoir vos contrats d’assurances pour mettre en place une extension, valider votre capacité d’assistance en cas de problème et également définir des règles concernant le Bleisure dans votre politique voyage.

Bleisure : quels avantages pour votre entreprise ?

Cette pratique ne concerne pas uniquement les grands groupes. Les PME et entreprises de taille intermédiaire sont aussi concernées.

Performance de vos collaborateurs

Permettre à vos collaborateurs de prendre du temps pour eux lors de déplacements professionnels, permet d’augmenter leur satisfaction, et donc leurs performances au sein de l’entreprise. Donner de l’autonomie à vos voyageurs est un impératif si vous souhaitez qu’ils restent performants et motivés. De plus, lors de vols longs courriers avec décalage horaire, si le voyageur arrive le samedi pour des réunions prévues le lundi, il a le temps nécessaire, pour se reposer et être complétement opérationnel et en forme pour la partie travail de son déplacement. Dans le cas d’un prolongement du séjour, votre collaborateur reviendra à son bureau  reposé et motivé.

Le bien-être de vos collaborateurs

C’est aussi une opportunité de rendre un déplacement professionnel plus agréable, en offrant un bien-être supplémentaire au voyageur. Tant que la séparation est claire entre les dépenses professionnelles et les dépenses engagées à titre privé, et que la responsabilité de l’employeur est couverte en cas de problème.

Votre entreprise aura une image d’entreprise qui prend en compte le bien-être de ses salariés, et donc une great place to work. C’est une façon pour elle de retenir ses employés et d’acquérir de nouveaux talents.

Un avantage économique pour l’entreprise

Cela peut constituer un avantage économique indéniable. En effet, certains vols prévus le dimanche ou le samedi en cours de journée sont moins chers que des vols le lundi matin ou le vendredi soir.

Default image
Eric
Leave a Reply