Que faire pendant une escale ?

L’escale est quelque chose qu’il faut davantage voir comme une opportunité de travailler, se reposer ou se divertir, plutôt que de la considérer comme du temps « perdu » dans un déplacement où l’on est pressé d’arriver à destination. Nous vous expliquons comment optimiser votre temps durant votre escale.

Que faire à l’aéroport  lors d’une escale?

Travailler :

Comment tirer au maximum partie d’une courte escale de 2 heures ? Pour cela, direction les lounges et les salles de conférences.
L’aéroport international de Singapour-Changi (SIN), par exemple, propose un centre de business et des salles de conférences pour organiser des réunions si vous voyagez à plusieurs.
Le Lounge Pass vous donne accès aux lounges privés de 300 aéroports répartis dans le monde entier, le LoungeBuddy, lui, propose un accès à 160 lounges dans le monde. Enfin, si vous voyagez souvent, et avez souvent de longues escales, optez plutôt pour le Club Mandaley qui vous donnera accès à plus de 1000 lounges dans le monde parmi les privilèges offerts à ses membres

Se reposer :

Entre deux longs vols, il est important de se reposer. Certains n’arrivent pas à fermer les yeux dans l’avion, c’est donc l’occasion de se détendre. Certains aéroports possèdent des services de bien-être à votre disposition.
L’aéroport Changi de Singapour (SIN), met à votre disposition, au sein des terminaux 1,2 et 3, des salons de massage de luxe ainsi qu’un centre de thalassothérapie : The Retreat Spa

L’aéroport international d’Helsinki (HEL), et plus précisément le Lounge Premium au sein du Terminal 2, comprend des douches privées spacieuses ainsi qu’un sauna finlandais, idéal pour se reposer et prendre des forces avant d’embarquer sur un autre vol.

L’aéroport international de San Francisco (SFO) dispose d’une salle de yoga au sein du Terminal 2 en accès libre, dans laquelle les voyageurs peuvent dérouler leurs tapis (si vous n’en avez pas, des tapis sont mis gratuitement à disposition) et méditer le temps de l’escale.

A l’aéroport international de Dubaï (DXB), si vous tombez de fatigue, le SnoozeCube est fait pour vous. Ce sont des petits espaces insonorisés équipés d’un lit, d’une télévision et d’un accès internet gratuit que l’on peut louer au Terminal 1 pour 14 euros de l’heure, et utilisables pour 1 heure, 3 heures ou encore toute une nuit. Le Timeless Spa, au Terminal 1 également, dispose d’une piscine, d’une salle de gym, d’un sauna et d’un jacuzzi.

Dans le terminal 3, il y a des cabines de repos Igloo, appelée Sleep N Fly, qui vous permettent de vous reposer 2h ou 3h.

L’aéroport d’Abu-Dhabi (AUH) propose des cabines de sommeil. Les voyageurs en transit via l’aéroport international d’Abu Dhabi peuvent désormais se reposer en toute tranquillité dans une cabine de sommeil privatisée dotée d’un fauteuil complètement inclinable, pour seulement 10€ de l’heure. Dix sleeping pods situés dans les terminaux 1 et 3 de l’aéroport d’Abu Dhabi, offrant un cocon de repos aux passagers fatigués.

Peut-on sortir lors d’une escale ?

Si votre escale dure 3 heures ou plus, vous avez à priori le temps de sortir. Mais le mieux serait de disposer de plus de 6 heures pour avoir le temps de visiter la ville.

A Singapour, l’aéroport met gratuitement à votre disposition des tours touristiques pour découvrir la ville de jour (Heritage Tour) comme de nuit (City Light Tour). Vous pouvez également voler de vos propres ailes en prenant un taxi qui vous emmènera au centre-ville en 25 minutes.

A Doha, la compagnie aérienne Qatar Airways vous offre un tour gratuit de la ville.

À Taipei (Taïwan) si votre escale dure plus de huit heures, vous aurez le choix parmi deux tours : un tour rapide incluant la visite d’un temple et la découverte du Musée de la céramique de Taipei, et un autre plus long, avec la visite de cinq sites, comprenant la tour Taipei 101, l’un des plus hauts gratte-ciels du monde.

Quels sont les aéroports requérant un visa pour sortir le temps d’une escale ?

L’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (CDG) et celui d’Orly (ORY) à Paris : Pour vous rendre dans un autre aéroport situé en France (Toulon, Nice, Marseille…) ou dans l’ « espace Schengen », vous serez soumis au visa d’entrée et de court séjour pour effectuer ce transit.
L’aéroport Adolfo-Suárez de Madrid-Barajas (MAD)et l’aéroport de Londres-Heathrow (LHR) :
Il faut un VTA (visa de transit aéroportuaire) remis après avoir rempli un formulaire de demande auprès de l’Ambassade espagnole à l’étranger.
L’aéroport international de Singapour (SIN) : En provenance d’Europe ou d’Amérique, un visa ne sera pas nécessaire, mais on vous demandera de remplir un formulaire (conservez bien le talon), d’avoir son tampon en souvenir et de passer la douane.
L’aéroport de Moscou- Domodedovo (DME) : Il est possible d’obtenir un visa de transit en ligne, quelques jours seulement avant le départ, ou auprès de l’ambassade du pays concerné.
Les aéroports de Miami (MIA), New York (JFK) (LGA) (EWR), ou encore Los Angeles (LAX) : Il vous faudra remplir un formulaire ESTA (voir le site officiel) au plus tard 72 heures avant le départ pour faire une escale et sortir car les US ne connaissent pas les transits en zone internationale. A noter que l’ESTA est nécessaire même si l’on ne sort pas de l’aéroport et vous donne le droit de revenir sur le sol américain pour une durée de 2 ans.
L’aéroport international Indira-Gandhi en Inde : Il faut un visa pour sortir de la zone de transit aéroportuaire délivré auparavant par l’Ambassade de l’Inde. Il est valable 15 jours mais ne permet qu’un séjour de 72h à chaque visite.
L’aéroport de Dubai (DXB) : Quitter l’aéroport lors d’un transit par Dubai dépend de la nationalité indiquée sur votre passeport et de la durée de votre escale. Pour la plupart des nationalités, un visa est nécessaire pour rentrer à Dubai, et les règlements changent fréquemment. Ainsi, si vous souhaitez sortir de l’aéroport lors de votre escale, nous vous conseillons de vous informer sur les obligations de visa auprès de votre ambassade locale avant votre départ. En fonction de votre nationalité, vous pouvez obtenir un visa à votre arrivée à l’aéroport.
L’aéroport Hamad de Doha au Qatar (DOH) : Un visa de transit gratuit de 96 heures au lieu de 48 heures, vous sera délivré, l’Émirat ayant récemment modifié sa politique d’entrée sur le territoire.

Default image
Eric
Leave a Reply